Recherche Photos Souvenirs pour Expo (Lire)
Close Notification
Open Notification

Contactez-nous au 02 98 71 50 67
Site Abbatial de Saint-Maurice - 29360 Clohars-Carnoët

Quid de la TVA en restauration et donc en crêperie

Quid de la TVA en restauration et donc en crêperie

Le 1er Juillet 2009, la profession a bénéficié d’une équité fiscale entre les entreprises de restauration sur place et celles vendant à emporter.

L’abaissement du taux de TVA de 19,6 à 5.5% (la TVA sur l’alcool reste à 19,6%) a ni plus ni moins permis à bons nombres d’entreprises de survivre en apportant un second souffle à leur trésorerie, tout en abaissant le prix de leurs prestations (certains ont baissé leurs tarifs sur toute la carte, pas seulement sur les produits obligatoires). Par ailleurs, ce fût l’occasion pour de nombreux restaurateurs d’investir dans leur établissement en changeant du matériel, en mettant à niveau leur cuisine en élevant la qualité de leur prestation. La qualité est aussi passée par l’embauche de salariés dans les entreprises et des contreparties importantes adoptées dans un contrat d’avenir: création de la mutuelle de branche, hausse de rémunération du personnel, prime TVA… Ce taux réduit, passé de 5.5 à 7%, est passé à 10 % (20% pour l’alcool) au 1er Janvier 2014.

Une fois encore, ce sont les établissements qui ont joué le jeu qui se retrouvent pénalisés. En effet, les investissements lancés, lourds pour quelques uns, sont étalés sur plusieurs années. Le rehaussement de la TVA met ces établissement en difficultés, alors qu’elles devaient prospérer. Mais ceux qui ont profités de cette baisse de TVA pour faire encore plus de profits, n’ont en rien été inquiété.

Combien de temps encore, les plus honnêtes continueront à payer pour les profiteurs et les vénaux. Aider les entreprises est une bonne chose, mais il est normal que des justificatifs soit fournis afin de valoriser les bons élèves.

La dernière aide intéressante est le crédit d’impôt (CICE) pour les entreprises, aide calculée par rapport à la masse salariale. Mais là encore pas d’obligation d’investissement.

Sur le terrain, le seul moyen de compenser cette hausse est l’augmentation des tarifs, et là, ce sont les consommateurs (vous) qui sont lésés.

Toutes ces aides devraient valoriser l’économie générale en aidant à la circulation de l’argent et non en enrichissant certains.

Un jour peut-être, on cessera de bricoler des mesures façon rustine et on optera alors pour une véritable vision à long terme.

 

L’espoir fait vivre …..