Recherche Photos Souvenirs pour Expo (Lire)
Close Notification
Open Notification

Contactez-nous au 02 98 71 50 67
Site Abbatial de Saint-Maurice - 29360 Clohars-Carnoët

Confinement, nouvelle vague !

Confinement, nouvelle vague !

Doit-on encore le rappeler, nous avons vécu et vivons encore une crise autant importante qu’elle est inédite dans l’Histoire moderne.

Pour ne parler que de notre situation – la restauration – nous avons été malmené et stigmatisé dès les premières heures de cette gestion plus que catastrophique.

En Mars dernier, nous avons été sommé de fermer nos établissement brutalement sans discutions possibles ni temps pour se retourner – l’annonce étant faite le soir à 20h pendant que la majorité des restaurateurs sont au boulot.

Nous avons vécu un sinistre majeur, source de stress, de perte de confiance et de grande crainte pour l’avenir de nos entreprises et pour l’avenir de nos familles.
C’est notre dur labeur qui s’est délité au fur et à mesure que les jours de non-activité sont passés

Et puis nous avons ré-ouvert !

Ouvert oui, mais sous condition de mettre en place des protocoles contraignants pour nous, notre personnel et nos clients.
Mais nous l’avons fait !

Nous avons dû redoubler d’effort et d’imagination pour que nos établissements soient attractifs et conviviaux malgré toutes ces mesures barrières.
Et jusqu’ici, nous avons tenus bons, bon gré mal gré !

Et aujourd’hui, sous couvert d’une 2ème vague, après le renforcement des  protocoles, pourtant déjà suffisants, nous sommes sommé de cesser nos activités !

Aucune statistique sur la transmission de ce virus dans les restaurants ne justifie ces mesures. Alors pourquoi encore stigmatiser encore un peu plus notre profession ? C’est incompréhensible, arbitraire, et après tant d’efforts, immérité.

Nous voulons vivre de notre travail et pour cela nous avons besoins de nous projeter à long terme et d’exploiter nos établissement au maximum de leur capacité.
Mais nous n’en avons plus le droit. Nous ne sommes plus maître de notre travail et de notre fonctionnement.

Il n’y a plus de cas par cas et on généralise les décisions pour punir toute une profession d’un seul coup, sans concertation ni logique géographique et démographique. Ces décisions brutales ne viennent pas de nos élus – que nous avons choisi pour nous représenter – mais des préfets, représentant direct du président.
Sommes nous encore en démocratie ?

Quand cela va-t-il finir ? Comment cela va-t-il finir ?

En faillites ? En suicides ? On se gardera bien d’en communiquer l’ampleur, déjà pourtant très significative.

Voilà, c’est avec dépit, mêlée de colère et d’injustice que j’écris ces quelques lignes qui, je le sais, ne va pas changer grand chose, sauf peut-être à exprimer et à évacuer cette boule qui ronge de l’intérieur.

 

Dès vendredi 30 octobre, nous serons donc fermé jusqu’à nouvel ordre !

Prenez soin de vous !!